La gestion des limaces au jardin

Sur tous les groupes, forums, blogs de jardinage on peut voir en ce moment des « astuces » pour se débarrasser des limaces. De la bière dans un coin, des morceaux de verres dans un autre… Alors pour préserver nos récoltes, on met en place ces trucs, en tentant de les exterminer. Les limaces, ces ennemies répugnantes qui nous mangent nos jeunes plants et envahissent notre potager. C’est ce que vous pensez d’elles ? J’ai moi-même appliqué ce genre de choses (la bière et le ferramol) quand j’ai commencé à jardiner. Car c’est ce qui est conseillé sur les groupes. Et j’ai fait confiance aux autres, au lieu de faire confiance à la Nature. Et j’ai eu tord.

Les limaces ne sont pas nos ennemies mais nos alliées !

Vous faites la grimace en lisant cette phrase, tout en pensant à vos pauvres plans de salades ? Je vous invite alors à lire la suite, pour mieux comprendre leur rôle dans l’écosystème. Pour ainsi savoir comment protéger ses récoltes tout en arrêtant de lutter contre elles.

Sorciere preparant sa soupe aux crapauds et limaces
La limace n’a pas bonne réputation et est souvent utilisée dans les soupes des sorcières pour accentuer leur côté répugnant. ©Pixabay

Présentation de la limace

Les limaces sont des gastéropodes tout comme les escargots, mais sans coquille externe. Elles ont quatre tentacules au dessus de leur bouche, dont deux avec des yeux. Les deux autres leurs servent à capter certains goûts et odeurs. Elles sécrètent un liquide visqueux nommé mucus, qui leur sert à se protéger de la déshydratation et du rayonnement infrarouge. Elles se déplacent à l’aide de leur pied, situé sous leur partie ventrale, sur une surface assez courte : de 2 à 7 mètres par jour pour les limaces grises et noires de nos jardins. Si la végétation est assez dense, elles peuvent rester sur une surface de 50cm. Tout comme l’escargot, c’est un hermaphrodite. Étant composée à 85% d’eau, elle est essentiellement active de nuit lors de temps très humide. Leur mucus semble avoir été autrefois utilisé en médecine contre les affections pulmonaires ou de l’estomac.

Le rôle des limaces dans la nature

Les limaces se nourrissent de végétaux morts, faibles et malades (RIP les jeunes plans de salades sans paillage autour), mais peuvent aussi manger des champignons ainsi que des déchets provenant d’animaux. Autant dire qu’elles sont très importantes pour le recyclage de la nécromasse ! Leur mucus semble également jouer un rôle dans le processus d’humidification de la litière. C’est donc en grande partie grâce à elles que l’on peut obtenir un sol riche et nourrissant pour notre potager.

Limace mangeant un champignon.
Les limaces sont très utiles et aident à la composition de sols riches. ©Pixabay

Elles servent aussi elles-mêmes de nourriture à de nombreuses espèces : oiseaux, hérissons, carabes, vers luisants, crapauds, orvets, et même certaines autres limaces… Je vous déconseille ainsi les pièges à bières, tout comme les diverses luttes chimiques en général : non seulement ils noient ces précieuses limaces, mais ils attirent celles des voisins et risquent d’intoxiquer les éventuels prédateurs… Les produits spécifiques du commerce sont également peu appropriés car ils agissent sur les limaces adultes et pas sur les larves enterrés, en plus d’être toxiques eux aussi tout le long de la chaîne alimentaire. Lutter contre ces gastéropodes c’est indirectement lutter contre un bon nombre d’autres espèces, et détruire ainsi la biodiversité.

Comment se protéger de l’appétit vorace des limaces

Il peut arriver que l’équilibre de notre écosystème soit perturbé, et que les limaces envahissent en abondance notre jardin. Il existe alors plusieurs astuces pour tenter de rétablir cet équilibre et préserver notre potager par la même occasion.

Attirer les prédateurs

Nous l’avons vu plus haut, la limace sert de nourriture à de nombreux animaux. Là encore, comme je vous l’ai déjà dit dans plusieurs articles, il est essentiel de n’utiliser aucun produit chimique, car on risque d’empoisonner ceux qui viendraient manger les gastéropodes. L’idée est de rétablir l’équilibre. S’il y a trop de limaces, c’est donc logiquement qu’il n’y a pas assez de prédateurs. On peut alors leur proposer des « maisons » pour les accueillir. La construction d’un d’hôtel à insectes est un bon début. On peut aussi garder un coin sauvage pour favoriser la biodiversité. Garder un tas de bois ou de pierres pour faire un abri aux crapauds ou aux hérissons. Les solutions sont nombreuses !

Une limace léopard sur un sol riche.
La limace léopard peut manger d’autres espèces de limaces. ©Pixabay

Il est possible que les résultats de cette solution ne se voient pas tout de suite : il faut du temps pour qu’un écosystème équilibré se mette en place.

Pratiquer le ramassage manuel

On peut poser des pièges de type planches de bois, ou vieilles tuiles, où les limaces viendront se réfugier au frais. Ainsi il suffira de retourner ces refuges et de déposer à l’aide de gants notre récolte dans le composteur. Puisqu’elles aident à la décomposition, elles y seront des alliées de choix. Non seulement on ne leur fait ainsi pas de mal, mais en plus on protège nos récoltes tout en les rendant plus utiles ailleurs.

Les nourrir !

Aussi étrange que cela puisse paraître, l’une des meilleures méthodes pour préserver son potager est tout simplement de nourrir les limaces. Elles mangent les végétaux faibles, morts, malades : les jeunes plans sont donc des mets de prédilection… Si elles n’ont rien de mieux à manger aux alentours ! Et ce qu’elles préfèrent avant tout ce sont les végétaux morts.

On peut donc leur mettre un tas d’adventices fraîchement arrachées dans un coin. Une façon pratique d’utiliser ce qu’on a désherbé à la main. Des épluchures de légumes posées en dehors du potager est aussi une bonne idée pour détourner l’attention des limaces de nos plantations. Et bien sûr on peut également pailler : une terre à nu contenant pour seuls végétaux des jeunes plans sans rien autour est une invitation à venir les manger.

Avec toutes ces informations, on devrait pouvoir réussir à cohabiter avec elles. Même si parfois malgré toutes nos précautions il peut arriver qu’elles se trompent et nous mangent une plante ou deux…

Pour aller plus loin, je vous invite à visionner cette vidéo d’une conférence donnée par Hervé Corves. C’est un ingénieur agronome de formation, qui enseigne aujourd’hui  l’agroécologie et la permaculture.

Publicités

6 commentaires sur “La gestion des limaces au jardin

  1. grâce à Permathèque, je suis arrivée sur ton lien et j’ai pu visionner toute la conférence donnée par Hervé Coves. Travailler ensemble à comprendre la Nature et son incroyable équilibre où tout à une utilité. En deux heures, les limaces ont changer de statut : d’ennemi des jardiniers, elles sont maintnant des amis ! génial, Avançons ensemble, merci de ton apport

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s