La dame endormie [Poème]

Une fenêtre , restée entrebâillée
Laissait entrer la douce chaleur des soirs d’été
En sous-vêtements, sur son lit
La dame s’était endormie
Elle dort paisiblement
Elle est tellement belle
Et, tout doucement
Descend une de ses bretelles
La lingerie, sans aucun effort
Épouse les courbes de son corps
Elle dévoile la beauté de la femme
Mais cache ce qui enflamme
Le cœur des hommes
Le goût du péché, la pomme
Qu’elle soit noire, blanche, décorée
A paillettes, ou bien encore dorée
Elle met la femme en valeur
Et c’est alors un pur bonheur
De pouvoir s’admirer dans le miroir
Et de s’émouvoir
Par autant de beauté
Plus que l‘on en s’était imaginée.
Et, grâce à la dentelle
On se rend compte qu’on est belle
Après vous avoir fait cet aveu
Et vous avoir ouvert les yeux
Nous allons reparti
Et laisser la dame dormir

Publicités

3 commentaires sur “La dame endormie [Poème]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s